Apprenez à retoucher vos photos...

Troisième volet après le calque classique et le calque vectoriel, je vous propose de découvrir aujourd’hui le calque de réglage. A quoi peut-il bien servir et quels avantages apporte t-il ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article…

Comme son nom l’indique, ce type de calque permet d’appliquer un réglage à la photo. Comment ? Voyons cela à travers quelques exemples…

Je précise avant toutes choses que les captures d’écrans et chemins des fonctions sont issus du logiciel Photoshop Elements.

Dans ce premier exemple, l’image est plate, elle manque de contraste.

image faiblement contrastée

Pour l’augmenter, il me suffit d’aller dans le menu Image > Réglages > Luminosité/Contraste… et de rentrer la valeur de correction souhaitée (ici + 70). Voilà, le tour est joué. La photo a plus de pèche et tout va bien.

Photo plus contrastée

Cependant, que se passe t-il si, après avoir enregistré les modifications et fermé la photo, je me ravise et souhaite finalement annuler le réglage du contraste pour essayer autre chose ? A moins de se rappeler de la valeur de correction rentrée lors de la modification de l’image et de la mettre en valeur négative en retournant dans Image > Réglages > Luminosité/Contraste…, la réponse est claire : ce n’est pas possible. Les modifications apportées à un calque classique sont irréversibles. Si jamais je n’ai pas pris la peine de travailler sur une copie de la photo avant la retouche ou de faire un Enregistrer sous lors de la sauvegarde de mon travail, je ne retrouverai plus jamais l’image telle que fournie par mon appareil photo numérique. Bien sur, je pourrai toujours diminuer le contraste mais de là à retomber pile poil tel qu’il était au départ…

Passons maintenant à la deuxième façon de procéder…

Dans ce deuxième exemple, je fais appel au fameux calque de réglage Luminosité/Contraste que je crée en allant dans le menu Calque > Calque de réglage ou en cliquant sur le petit symbole en bas de la pile de calque. J’applique ensuite la même valeur de correction du contraste que dans le premier exemple. On constate aussitôt qu’un nouveau calque a été créé par dessus celui que je souhaite modifier.

Photo plus contrastée

Le premier avantage du calque de réglage saute aux yeux. Les modifications apportées à l’image sont réversibles du fait que les réglages apportés à l’image sont dissociés du calque qui contient la photo. Il est ainsi possible de modifier à volonté le contraste de cette image sans toucher à l’image de départ. Un double clic sur le calque de réglage suffit pour revenir sur la valeur du contraste. C’est ce que l’on appelle la retouche non destructive.

Comme vous pouvez le constater, la modification du contraste s’applique sur toute l’image. C’est le réglage par défaut.

Dans ce troisième exemple, je ne souhaite pas que la modification du contraste s’applique dans le ciel et la mer. Pour supprimer l’effet, il me suffit de cliquer sur le rectangle blanc à droite du calque de réglage et de mettre du noir sur la zone qui ne doit pas faire l’objet d’une modification du contraste (ici avec l’outil dégradé). L’effet est alors masqué sur une partie du calque.

Photo plus contrastée avec masque de fusion

Ce rectangle blanc est en fait un masque de fusion (appelé également masque de calque dans certains logiciels). Il est associé au calque de réglage et permet ainsi d’afficher/masquer voir même d’atténuer l’effet dudit calque. Je ne m’étends pas plus sur le fonctionnement de ce type de masque vu que celui-ci à déjà fait l’objet d’un article.

Voilà donc le second avantage du calque de réglage. Les modifications peuvent être localisées et d’intensités variables.

Imaginons enfin que je souhaite forcer encore un peu plus le rendu sur ma photo. Dans ce cas, rien de plus simple. Il me suffit de modifier le mode de fusion du calque de réglage en le passant du mode « Normal » à un autre mode.

Photo plus contrastée avec mode de fusion Eclaircir

C’est le troisième avantage du calque de réglage. Il permet de démultiplier les possibilités créatives sur une image.

Voilà, maintenant que vous connaissez les avantages liés à ces calques, je suis sur qu’une fois essayé, vous ne pourrez plus vous en passer…

Questions-réponses

Existe-il plusieurs calques de réglages ?

Oui. Les logiciels les plus évolués comme Photoshop ou Affinity Photo en proposent une bonne quinzaine (Luminosité/Contraste, Niveaux, Noir et Blanc, Teinte/Saturation, etc…)

Ce type de calque est-il présent sur tous les logiciels de retouche photo ?

Non, malheureusement. Ce type de fonction est réservé à des logiciels orientés amateurs avertis-experts (et pros bien sur). Des logiciels comme Gimp ou PhotoFiltre en sont par exemple dépourvus. En allant sur les articles présentant les logiciels de retouche photo, vous constaterez que j’indique systématiquement la présence ou non de cette fonction dans le tableau récapitulatif.

Comment faire si mon logiciel est dépourvu de calque de réglage ?

Rien n’est perdu ! L’astuce consiste simplement à dupliquer le calque à modifier, à apporter la correction souhaitée au nouveau calque et à le nommer par le nom de la correction apportée (par ex : Contraste + 30). En rajoutant un masque de fusion (ou masque de calque), vous pourrez même le faire se comporter comme un véritable calque de réglage.

Substitution calque de réglage dans Gimp

Substitution calque de réglage (capture d’écran : Gimp)

 

Quelle différence y a t-il avec les calques de remplissage présents dans Photoshop et Photoshop Elements ?

Le calque de remplissage est strictement identique au calque de réglage. La différence tient à une simple question de vocabulaire. Un calque de remplissage permet d’ajouter une couleur, un dégradé ou un motif à une composition, ce qui par Adobe, n’est pas considéré comme un réglage…

7 Partages
Partagez3
Tweetez
Enregistrer2
+12
Partagez