En parlant déjà un peu dans mon livre gratuit, je n’imaginais pas aborder à nouveau le sujet des smartphones et encore moins le publier sur mon blog mais deux évènements récents m’amènent à me poser des questions sur le devenir de la photographie grand public. Je vous propose donc de partager cette réflexion à travers ces quelques lignes…

Article mis à jour le 27/01/2019

Je suis allé à New York cet été. Amoureux de belles images et ma dernière visite dans cette ville remontant à 24 ans, j’ai donc préparé un minimum mon séjour. Après avoir acheté puis partiellement lu un guide touristique sur cette ville, j’ai ensuite repéré sur la carte les lieux susceptibles d’offrir de beaux panoramas. J’en ai ensuite profité pour aller sur un site tel que The Photographer’s Ephemeris pour savoir quand et ou se lève/se couche le soleil (c’est à ce moment là comme vous le savez sans doute que la lumière et les couleurs sont les plus belles). Enfin, j’ai bien entendu fait quelques recherches sur internet pour être sur de ne pas passer à côté de spots photo à ne surtout pas manquer.

J’ai fait tout ceci dans un seul but : mettre toutes les chances de mon côté pour ramener de belles photos. Je suis comme ça moi, quand je pars en vacances ou en ballade, j’ai toujours mon APN avec moi et je suis sans arrêt tel un chasseur qui traque son gibier, à l’affût de belles images. Si je ne ramène pas de photos convenables, c’est un peu comme si j’avais raté mon trip. Quand je photographie, j’aime bien être seul et c’est bien mieux ainsi. Inutile de développer, les photographes comprendront 😉 . Je prends bien entendu beaucoup de plaisir à chercher les bons paramètres de prise de vue, à tourner autour de ma cible pour trouver le meilleur angle, à réfléchir à la manière de montrer et mettre le sujet en valeur. Bref, toute ce travail fait partie intégrante de la photographie. Une fois de retour à la maison, je prends à nouveau plaisir à revoir ces images, à les retoucher ou à les partager…

ça c’est moi… et c’est probablement comme cela pour la grande majorité des passionnés de photographie…

Pendant mon séjour, je suis donc allé en haut de l’Empire State Building. La vue est à couper le souffle comme vous vous en doutez surement. J’ai choisi la fin de journée pour profiter à fond du spectacle du coucher de soleil (et bien sur des couleurs qui vont avec).

Je n’aurai pas du être surpris mais je l’ai quand même été une fois sur le belvédère : environ 90% des personnes n’avaient pas d’appareil photo mais utilisaient leur smartphone (ou photophone comme vous voulez) pour immortaliser ce moment inoubliable. Les petits appareils numériques compacts achetés il y a 3-4 ans et qui étaient encore la norme dans le monde de l’image sont déjà au placard… Avoir un appareil photo pour prendre des photos de vacances n’est plus un réflexe (c’est le moins que l’on puisse dire) pour la majorité des personnes. Du coup, j’avais un peu l’impression d’être un survivant, un rescapé d’une ancienne espèce d’hominidé.

ça, ce sont les autres, ceux qui sont à l’exact opposé de ce que je suis. Ils n’ont pas du tout la même approche que moi vis à vis de l’image. Un appareil photo ? pour quoi faire ? j’ai mon smartphone non ?
Smartphone
Du coup, devant cet état de fait, je me suis posé la question suivante : Si ces personnes prennent des photos, c’est parce qu’elles souhaitent immortaliser l’instant qu’elles sont en train de vivre. Dans ce cas, pourquoi diable utilisent elles leur téléphone pour ça ?

Un smartphone est un objet conçu pour téléphoner, échanger, s’informer et accessoirement, pour prendre des photos

Je dis bien accessoirement. Car c’est bien de cela dont il s’agit… Un smartphone ne sera jamais aussi bon qu’un appareil photo pour la simple et bonne raison qu’un portable est avant tout un outil conçu pour communiquer. Le mot photographie signifie littéralement écrire de la lumière. Prendre des photos, ce n’est pas communiquer, c’est ce que l’on fait après de ses images qui est de la communication.

De plus, la miniaturisation des appareils, c’est bien, mais il faut savoir que cela a inévitablement une incidence sur la qualité des images. Les lois de la photo sont ainsi faîtes :

  • plus le capteur est de grande taille, meilleure est l’image capturée par celui-ci,
  • plus le capteur est de grande taille, plus les optiques sont volumineuses.

J’en arrive donc au deuxième évènement qui m’a amené à écrire cet article. C’est la demande d’un client (un arrière grand-père clairvoyant) qui m’a contacté pour la retouche d’une photo de son arrière petit fils (j’espère qu’il ne m’en voudra pas d’avoir repris mot pour mot son mail).

Bonjour monsieur, merci de votre réponse rapide je vais demander à ma fille de vous envoyer le dossier sans trop d’ illusions car toutes les photos sont identiques a celle que je vous ai joint trop faible qualité et trop petites pour etre retouchées. De mon temps nous faisions des photos avec un appareil photos maintenant tout fait des photos, téléphone, tablette, stylo, bouton de chemise ,chapeaux ,mème les vélos et autre….alors pas de miracles on ne peut pas attendre de la qualité si l’origine est médiocre. Dans tous les cas je vous renouvelle mes remerciements et je vous envois mes salutations les meilleures. G/G

Voilà, tout est dit… En l’espace de quelques années, nous sommes donc passés d’un appareil qu’il fallait tenir à deux mains, ou il fallait regarder dans un viseur, coudes serrés, pour cadrer et prendre sa photo à un objet ou l’on photographie bras tendu, d’une seule main et ou il faut en plus décaler un doigt pour appuyer sur le déclencheur. A votre avis, avec lequel on a le risque de flou de bougé le plus important et un cadrage approximatif ?

Je les revoie encore, tous ces touristes, bras tendu, la canne à selfie face au vent (de plus en plus nombreux, c’est la tendance du moment), faire des photos en pleine nuit. Comment, dans ces conditions, imaginer avoir une photo nette avec en arrière plan la ville de New York by night ?

Bien sur, tout le monde n’est pas dupe. La majorité des personnes savent que l’ennemi du photographe c’est l’absence de lumière. En photographiant un sujet dans des conditions défavorables, le risque de flou de bougé (qu’il s’agisse du sujet ou du photographe) est bien sur très important du fait du temps de pose qui est plus long. Ces personnes ont probablement pris les photos en se disant : on verra bien…

Bien sur encore, les progrès techniques faisant, la qualité des images délivrées par les capteurs s’améliore au fil des générations d’appareils. Il en est de même pour la stabilisation des optiques. Mais, si la qualité des images délivrées par les smartphone progresse, celle des appareils photos numériques progresse également.

Il est probable qu’à moyen terme, la catégorie des appareils photo compact d’entrée de gamme disparaîtra (les ventes sont actuellement en chute libre). Est ce que l’utilisateur ne voit plus le bienfait qu’il peut en tirer ? (à moins que ce soit tout simplement parce qu’il ne souhaite pas s’encombrer d’un objet supplémentaire ?). Le marché va donc se segmenter en deux groupes : ceux qui veulent faire DES photos choisiront le smartphone et ceux qui veulent faire DE LA photo se tourneront vers un appareil spécifiquement conçu pour cela.

C’est vrai que dans l’absolu, la qualité des images entre un compact d’entrée de gamme et un téléphone est très proche (du moins sur les téléphones haut de gamme). Ce qui ne l’est pas, c’est l’ergonomie, la prise en mains, les possibilités de réglages de l’appareil photo, le zoom optique, la qualité de l’optique, etc. Et tout ça mis bout à bout, ça fini par faire une grosse et belle différence pour vos photos.

Certains me diront : chacun est libre d’utiliser l’outil de son choix pour prendre des photos non ?

Oui, c’est vrai, et puis, lorsque les conditions de lumière sont au RDV, la qualité des images est plutôt bonne, il faut l’avouer.

Non, finalement, ce qui me dérange, c’est plus le comportement que cet appareil génère auprès des utilisateurs. J’en arrive donc au deuxième constat :

Les smartphones sont à l’origine d’un nouveau comportement : prendre des tonnes de photos et les partager, peu importe la qualité

Si la qualité du matériel utilisé pour prendre des photos est en partie responsable de la qualité d’une image, le comportement du photographe l’est tout autant.

En effet, plusieurs éléments m’amènent à penser que la qualité du « jus » photographique est en baisse du fait de ces nouveaux comportements.

La photo numérique a inauguré la gratuité des photos et la génération smartphone ne sait pas ce que c’est que de payer pour avoir une photo. Film, développement, tirage. Toutes ces dépenses avaient au moins un avantage : on réfléchissait à deux fois avant d’appuyer sur le déclencheur. Ca finnissait par coûter cher de prendre des photos. Aujourd’hui, même l’achat d’un appareil photo n’est plus à l’ordre du jour. On est donc arrivé au 100% gratuit (les photographes et vendeurs de matériel photo ont du soucis à se faire…).

Du coup, pourquoi se priver ? On photographie à tout va sans se soucier du cadrage, de l’angle de vue, des conditions de lumière. Conséquence : des tonnes de photos de qualité médiocre s’amoncellent chez toute une génération d’utilisateurs. Aujourd’hui, j’ai l’impression que ce qui compte pour la génération smartphone, c’est plus l’action de partager ses photos que de les prendre. Vu sous cet angle, je comprends effectivement mieux le choix du téléphone portable pour les photos.

Quand je vois des grands parents qui, venant avec leur tablette, me demandent des tirages à partir de photos récupérées sur Facebook (certains n’ont hélas plus que ça comme photo de leurs petits enfants), ça me désole. Ces images sont optimisées pour internet : elles sont fortement compressées et de très faible résolution en vue de s’afficher rapidement sur le web. Il suffit de regarder le poids des fichiers (50 – 60 Ko). Déjà, même à l’écran, la qualité est déplorable, alors vous imaginez une fois sur papier… Non, c’est parfaitement inutile de les imprimer, vous aurez de la M…..

Les anciens photographes disaient « Attention, on ne bouge plus ! le petit oiseau va sortir ! ». Les personnes photographiées prenaient alors soin de rester immobiles pour être sur d’être nettes sur la photo. Aujourd’hui, cette culture du on ne bouge plus et du risque d’avoir une photo ratée a complètement disparu et c’est bien dommage car cette règle est toujours d’actualité aujourd’hui (et oui, la technologie ne peut pas tout !).

RestaurationPhoto

Cette photo, prise en 1875, n’a pas grand chose à envier aux photos d’aujourd’hui (copyright Photograpix)

Conclusion

Finalement, pourquoi tout cela me chagrine ? Tout simplement parce que je me pose des questions sur l’héritage photographique qu’auront les enfants d’aujourd’hui.

  • La photo prise en mode selfie avec ses proches ne pourra jamais être imprimée sur papier et paraîtra pixellisée sur un écran 4K car de résolution trop faible.
  • De nombreuses photos prises en intérieur seront plus floues et bruitées que si elles avaient été prises avec un appareil photo compact classique du fait de sa préhension.
  • D’autres photos encore seront mal cadrées et de travers car ce n’était pas la priorité lors de la prise de vue.

La génération smartphone va t-elle est synonyme de génération photomoche ?

J’ai peur aussi que cette génération, qui, à trop faire confiance à la technologie en arrive à se laisser abuser par les promesses marketing des appareils qu’elle achète. Bon sang, quand je vois par exemple des photos de voie lactée avec un piqué exceptionnel utilisées pour illustrer le potentiel de tel ou tel téléphone ou tablette tactile, j’ai les yeux qui saignent. Aujourd’hui encore, ce type d’image n’est possible qu’avec un appareil à grand capteur de type hybride ou réflex et encore, à condition qu’il soit accompagné d’optiques lumineuses.

Du coup, certaines solutions plus qualitatives et innovantes ont été proposées pour tenter de séduire ces photographes nomades. Je pense notamment au Panasonic CM1, au DXO One qui se clipsait sur les iPhone ou encore au Sony QX100 (tous les trois ont un grand capteur de 1 pouce, ce qui est déterminant dans la qualité d’une image). Malheureusement, ces produits n’ont pas reçu le succès escompté et tous ces fabricants ont jeté l’éponge.

Reste donc l’option d’acheter un appareil photo numérique, un vrai ! Lisez donc cet article qui devrait vous aider à savoir le type d’appareil photo qui est fait pour vous.

Voilà, ça c’est mon analyse, mon point de vue. Et vous, que pensez-vous de cette génération smartphone ?

Allez, pour terminer, voici deux petits sondages pour étayer cet article. Ceux-ci serviront, le cas échéant, à compléter cet article.

Quel matériel utilisez-vous le plus pour prendre vos photos ?

View Results

Loading ... Loading ...

Etes vous satisfait par la qualité des photos de votre smarphone ?

View Results

Loading ... Loading ...

Ces autres articles parlent aussi de : APN Résolution photo Temps de pose

1 Partages
Partagez1
Tweetez
Enregistrer
Partagez