Nous nous sommes tous posés la question un jour ou l’autre : dans quel format de fichier dois-je enregistrer mes photos ou créations numériques ? C’est pour répondre à cette vague question que je vous propose de faire aujourd’hui le tour des formats de fichiers les plus utilisés en photo. Comme vous allez le voir, chaque format a bien sur ses avantages et inconvénients…
Formats fichier photo
Si, lors de la prise de vue, le choix du format d’enregistrement de vos photos est limité (Raw, JPEG et dans une moindre mesure, DNG), c’est une toute autre histoire après un travail de retouche de vos images. Il suffit pour s’en convaincre, d’aller dans le menu Fichier > Enregistrer sous de votre logiciel de retouche photo favori et de regarder les différentes solutions qui s’offrent à vous. Avouez qu’il y a de quoi en perdre son latin.

Liste des formats de fichier pouvant être enregistrés par Photoshop Elements

Liste des formats de fichier pouvant être enregistrés par Photoshop Elements

Liste des formats de fichiers pouvant être enregistrés par Gimp

Liste des formats de fichiers pouvant être enregistrés par Gimp

Je vous rassure tout de suite, les formats de fichiers à connaître en photographie numérique se comptent sur les doigts d’une main. Ces 5 formats vous permettront de répondre à tous vos besoins en matière de création et de diffusion de vos images.

Je précise également que je ne vais pas parler du format Raw dans cet article pour la simple et bonne raison que ce n’est pas un format de sortie (on ne peut pas exporter une photo en Raw d’un logiciel de retouche).

Une dernière petite chose : pour chaque photo, veillez à cliquer dessus pour voir l’image à 100 %. Ceci étant dit, voyons donc dès à présent ces différents formats…

Les formats pour le Web

1. Le format JPG ou JPEG (Joint Photographic Experts Group)

Format de fichier universel par excellence, c’est le plus connu. Il est présent à la fois dans vos appareils photos et sur internet.

Avantages :

  • Il permet une compression importante des images sans grosse perte de qualité, à condition de choisir le niveau de compression le moins important (cf comparaison ci dessous).
  • C’est un format universel, aussi bien en prise de vue, qu’en diffusion voire même en impression. Il est donc par conséquent, lu par tous les appareils numériques (ordinateurs, téléphones portables, lecteurs de DVD, télévision, tablettes, cadres numériques …)
  • Les photos en Jpeg sont immédiatement exploitables et diffusables en l’état.

Inconvénients :

  • Il ne gère pas les calques. Un photomontage comprenant des calques et enregistré en Jpeg sera alors « aplati » et perdra donc tous ses calques.
  • Il ne gère pas les zones transparentes et affiche donc du blanc là ou il n’y a pas de couleur.
  • Il ne permet pas de corriger ou retoucher des photos qui sont fortement sous ou sur exposées (cf mon article sur la comparaison entre les fichiers Raw et Jpeg).

Exemple 1 : image Jpeg compression maximale ; 800 x 600 pixels ; 33 Ko

Exemple 1 : cette photo au format Jpeg, compressée au maximum, a pour conséquences, une image fortement dégradée.

Exemple 2 : image Jpeg ; compression minimale ; 800 x 600 pixels ; 467 Ko

Exemple 2 : seconde photo au format Jpeg, cette fois-ci compressée au minimum. les dégradés et couleurs sont bien restitués.

2. Le format GIF (Graphic Interchange Format) :

Il a eu son heure de gloire au début d’Internet. Avant l’apparition du flash ou de la vidéo, c’était la solution privilégiée des webmasters pour mettre un peu d’animations sur les sites web. Il est d’ailleurs toujours beaucoup utilisé aujourd’hui par les créateurs d’avatars. C’est également un format compressé mais à la différence du JPEG, il est sans pertes et l’on ne peut donc pas choisir le niveau de compression.

Avantages :

  • Il permet donc de créer des petites annimations (on peut presque dire que Gif permet l’affichage des différents calques d’une l’image même si ceux-ci ne sont pas conservés dans le fichier). Attention cependant à la taille de l’image qui peut vite devenir importante et poser des problèmes de fluidité sur les pages web.
  • Il gère l’affichage des zones transparentes.
  • Il offre la possibilité d’entrelacer ses photos c’est à dire d’afficher progressivement ses images qui présentent alors de plus en plus de détails. C’était quelque chose d’interessant du temps des modems 56k, ça l’est beaucoup moins aujourd’hui.
  • Il est plus léger que les autres formats (quand il n’affiche pas d’animations).

Inconvénients :

  • Il ne gère que 256 couleurs et n’est donc pas adapté à l’affichage de photos ou de dessins comprenant des dégradés.

Exemple 3 : image Gif ; 800 x 600 pixels ; 213 Ko

Exemple 3 : cette photo au format Gif, laisse apparaître un fort moiré (surtout dans le ciel et la combinaison du plongeur) ainsi qu’une pixelisation du texte.

Exemple 4 : animation Gif ; 250 x 188 pixels ; 287 Ko

Exemple 4 : petite animation Gif, affichée dans une taille réduite car le poids de celui-ci aurait été trop important si l’on avait conservé les dimensions d’affichage des autres photos.

3. Le format PNG (Portable Network Graphic) :

Troisième et dernier format de fichier compressé, il a été créé après le Jpeg qu’il conccurence directement sur le net ou il est également très présent.

Avantages :

  • Comme le Gif, il gère les zones transparentes.
  • Il permet d’effectuer une compression sans perte des données. Les photos obtenues sont donc de meilleure qualité.
  • Il offre aussi la possibilité d’entrelacer ses photos.

Inconvénients :

  • Le poids du fichier est plus lourd que pour le Jpeg. Attention donc aux grandes photos qui risquent de ralentir l’affichage des pages.
  • Il n’est pas aussi universel que le Jpeg et n’est donc pas lu sur toutes les télévisions ou lecteurs de DVD.

Exemple 5 : image Png ; 800 x 600 pixels ; 844 Ko

Exemple 5 : cette photo au format Png, a un poids supérieur à tous les autres formats, mais sa qualité est optimale.

Les formats pour l’impression de vos photos

1. Le format PSD (PhotoShop Document) :

C’est le format natif de Photoshop. Il s’intégre donc parfaitement dans le flux de création numérique des logiciels de la suite d’Adobe. C’est bien sur le format favori des photographes et infographistes.

Avantages :

  • Il n’y aucune compression de l’image. Tous les calques et couches sont conservés.
  • Il est lu par tous les logiciels de retouche photo.

Inconvénients :

  • Cette absence de compression devient également un problème car le fichier peut rapidement atteindre une taille gigantesque (plusieurs centaines de mégas si votre image est de grande taille et a beaucoup de calques)

2. Le format TIF ou TIFF (Tag Image File Format) :

Egalement très répandu, c’est un peu le standard dans la famille des formats de fichiers photo non compressés. Il est parfaitement adapté à l’impression de vos photos

Avantages :

  • Permet comme le PSD de conserver les calques.
  • Il est lu par la totalité des logiciels de retouche photo (y compris les bornes de tirage photo).
  • Il autorise également la compression des calques, ceci, sans perte de données.

Inconvénients :

  • Je n’en connais pas !

Avant de conclure voici un tableau présentant les utilisations possibles de vos photos numériques en fonction du type de fichier.

UtilisationJPEGGIFPNGPSDTIFF
Internet (réseaux sociaux, partage photos, blog...)XX
Animations web, création avatarsX
Création diaporamasXX
Impression photosXXX
Impression imprimeurXX
Création photomontages, retouche ou restauration photosXX
Lecture sur TV, DVDXX
E-mail, MMSXX

Il existe bien sur d’autres formats de fichiers comme EPS, BMP, PDF, Targa … qui offrent eux aussi leurs avantages (notamment dans les domaines de l’imprimerie ou de la vidéo) mais ceux-ci n’offrent guère d’intérêts pour le grand public.

Ces autres articles parlent aussi de : Gestion des calques

15 Partages
Partagez12
Tweetez
Enregistrer3
Partagez