Enregistrer une photo au format jpeg est la garantie que celle-ci sera lisible partout et téléchargeable facilement. Par contre sera t-elle de qualité ? Autant vous le dire tout de suite, la qualité d’une image Jpeg sera excellente à condition de respecter quelques règles…

ComparaisonQualiteJpeg

Cliquez sur l’image pour bien voir les différences de compression

Mais, avant de rentrer dans le vif du sujet, voici quelques mots sur le format Jpeg ou plutôt les formats Jpeg car il en existe deux :

  • Le premier, le plus connu est le format Jpeg (Join Photographic Experts Group). Il tient son nom d’un groupe d’experts qui a spécifié la norme dans les années 90.
  • Le second, beaucoup moins répandu, est le format Jpeg 2000. Il a été créé à l’occasion du changement de millénaire (mais non je déconne :-)). Enfin, pas tant que ça puisque le format Jpeg 2000 existe bel et bien. La qualité de compression est supérieure au Jpeg traditionnel.

Sachez, avant toutes choses, que le processus de compression Jpeg est irréversible. Il y a donc une perte de données.
Le format jpeg, c’est l’équivalent du MP3 en musique :

  • Il est universel et lisible par tout type d’appareil numérique et logiciel de retouche photo.
  • On peut choisir soi même le niveau de compression. Ce choix, comme vous allez le voir, peut se faire aux deux moments clés de la création de votre image.
  • Son faible poids facilite le téléchargement et le partage sur internet. Bien sur, plus la compression est importante, plus son poids est faible.
  • L’image est de qualité à condition de bien choisir son niveau de compression.

Le choix de la compression Jpeg lors de la prise de vue

Allez faire un petit tour dans les options de votre appareil photo numérique. Vous constaterez que, en plus de la taille, vous pouvez également choisir le niveau de compression Jpeg :

  • Chez Canon. Celui-ci se présente  sous la forme d’un petit pictogramme en forme de quart de rond. Une courbe lisse signifie que le niveau de compression est faible alors qu’une courbe en escalier signifie que l’image va être fortement compressée.

Les différents formats et compression jpeg sur un Canon

  • Chez Nikon. Il n’y a pas de pictogramme. On parle de Jpeg Fine (la meilleure qualité), Normal et Basic (la qualité la plus faible). Le réglage par défaut est Normal.
  • Chez Pentax. La compression est symbolisée par des étoiles. ça va de une étoile (compression maxi) à trois étoiles (compression mini). Le réglage par défaut est 2 étoiles.

Avantage donc à Nikon et Pentax qui offrent chacun un choix de compression plus large…

Sauf à ne plus avoir assez de place sur votre carte, évitez le Jpeg de qualité mini comme choix d’enregistrement de vos photos. Voici pourquoi…
EtudeCompressionJpeg
Pour bien comprendre, voici deux photos : l’une a été prise en Jpeg qualité maxi (celle du dessus) et l’autre en qualité mini. On voit un très léger moutonnement sur le mur mais à part ça, il est difficile de voir quoi que ce soit. Par contre, si on regarde le poids des deux images, ce n’est plus du tout la même chose. On passe de 5,11 Mo pour la photo de gauche à 2,43 Mo pour la deuxième soit presque 2 fois moins. On peut donc en conclure que :

  • Une compression importante offre des tolérances plus limitées en retouche photo car elle comporte moins d’informations.
  • Une compression importante dégrade légèrement la qualité visuelle de votre image dans les zones unies ou les dégradés.

C’est pour ces raisons que les réglages par défaut de Nikon et Pentax, sont sur la qualité intermédiaire. C’est le meilleur compromis entre poids du fichier et qualité.

Qu’en est-til maintenant du rapport entre la qualité du fichier et sa taille ?
EtudeCompressionJpeg2
Reprenons la même vue que tout à l’heure mais cette fois ci photographiée en taille mini. On constate que la perte de qualité est plus visible sur l’image de petite taille par rapport à celles de grande taille vues plus haut (regardez bien le moutonnement qui apparaît sur le mur de l’image du dessous fortement compressée). Pourquoi une telle différence ?

C’est lié au fait que les détails dans les images de grande taille sont plus flous que sur les petites. Du coup, les dégradations liées à la compression sont moins visibles.

Evitez par conséquent l’association petite taille – compression importante.

Maintenant, je suis sur que vous allez vous poser la question suivante :

Ok pour la compression mini et la taille maxi, mais bon, si je suis en plein milieu du désert et que je suis face au plus beau coucher de soleil que j’ai jamais vu et que, comble de malchance, ma carte est quasiment pleine. Dans ce cas (oui, je sais, j’aurais du mieux m’organiser mais bon), vaut-il mieux privilégier une photo faiblement compressée et de petite taille ou une photo fortement compressée et de grande taille ?

Dans ce cas, tout dépendra de ce que vous comptez faire de cette future image. Si vous pensez en faire un poster pour le mettre sur le mur de votre salon, privilégiez sa taille. Si par contre, vous pensez la retravailler, la retoucher pour diminuer par exemple les écarts de luminosité, privilégiez plutôt son niveau de compression.

Autre point important sur la qualité du format Jpeg délivré par les appareils lors de la prise de vue : il faut savoir qu’à capteur identique, les appareils photo numériques ne délivrent pas la même qualité d’image en Jpeg. En effet, les logiciels internes de nos appareils photo traitent de manière différente les données numériques transmises par le capteur. Le Jpeg de sortie sera donc différent d’une marque à l’autre voire même d’un modèle à l’autre. Certains fabricants vont privilégier par exemple un lissage des détails pour masquer la présence de bruit numérique alors que d’autres vont faire le contraire.

N’hésitez pas non plus à aller sur le site du fabricant de votre appareil et à vérifier si une nouvelle version du logiciel interne (le Firmware) n’a pas été publiée. Il n’est pas rare que les améliorations apportées au firmware augmentent la qualité des images…

La compression Jpeg par votre logiciel de retouche photo

La seconde manière de modifier la compression Jpeg d’une image est bien sur d’utiliser votre logiciel de retouche photo.

Je précise avant de développer ce chapitre que les conseils sur la taille et le niveau de compression sont ici aussi tout à fait valables.

Ouvrez une image dans votre logiciel favori, sélectionnez l’option Enregistrer Sous puis choisissez le format Jpeg. Vous constatez que le choix est bien plus large qu’avec votre appareil photo numérique. Il ne s’agit plus de 2 ou 3 niveaux de compression mais d’une échelle qui va de 0 (compression maxi – qualité mini) à 100 (compression mini – qualité maxi).

La fenêtre Enregistrer en JPEG de Gimp

La fenêtre « Enregistrer en JPEG » de Gimp

La compression 0 génère des images d’une qualité épouvantable. Elle est bien sur à éviter.

La compression 50 est le strict minimum.

Vous constatez également que le logiciel vous propose généralement par défaut une compression entre 70 et 80. On retrouve ici aussi la logique adoptée par les fabricants d’appareil photo à savoir que ce taux est généralement le meilleur compromis entre la qualité et le poids du fichier.

Mes conseils pour une compression Jpeg de qualité

Vous pouvez opter pour le taux de compression de 70-80 une fois que vous avez terminé la retouche de votre image et que vous êtes sur que celle-ci ne subira plus de modifications. Les perfectionnistes et maniaques (comme moi ;-)) choisiront bien sur la qualité maximale.

Evitez au maximum d’ouvir une image Jpeg, d’effectuer quelques modifications, de l’enregistrer puis de l’ouvrir à nouveau pour effectuer de nouvelles modifications et de l’enregistrer une nouvelle fois… Une compression d’une compression d’une compression fini par donner une photo de qualité médiocre. Dans ce cas là, il est préférable d’utiliser un format de fichier qui gère les calques. Ne perdez pas de vue que le format Jpeg est un format de sortie…

Si vous destinez votre image à une publication sur le net, il y a deux possibilités :

  • Pour un partage sur les réseaux sociaux. Enregistrez votre photo en qualité maxi. Facebook, Google plus et les autres appliquent leur propre compression (souvent désastreuse d’ailleurs). Donc, autant offrir à ces sites une photo de la meilleure qualité possible, ça limitera la casse…
  • Pour une mise en ligne sur votre site internet. Choisissez un taux de compression d’environ 50 à 70. Au delà le poids du fichier sera trop lourd, les images mettront plus de temps à s’afficher et Google n’aime pas ça. Bien sur, il va de soi que ce taux de compression est fonction de la taille de votre image.

Il faut également savoir qu’un affichage à l’écran rend mieux la netteté qu’un tirage papier. Les dégradations apportées suite à la compression Jpeg seront donc moins visibles sur la photo imprimée. N’oubliez pas non plus qu’une image de grande taille se regarde de plus loin qu’une petite. Donc, là aussi, si vous êtes en plein milieu du désert avec seulement quelques Mo sur votre carte…

Loïc OLIVE

A propos de l'auteur...

Bonjour et bienvenue, moi c'est Loïc. Quand je ne rédige pas d'articles, je restaure, numérise et retouche les photos de mes clients. J'interviens également en amont du processus de traitement de l'image en donnant des cours photo. (En savoir +)

 
guide retouche photo gratuit

Téléchargez mon guide gratuit sur la retouche photo

Envie de vous mettre à la retouche photo et partir sur de bonnes bases ?

Téléchargez sans plus attendre mon guide gratuit de 99 pages pour savoir par où commencer pour apprendre à retoucher vos photos.

Votre adresse mail :

Pensez à vérifier vos indésirables...

8 Partages
Partagez7
Tweetez
Enregistrer1
Partagez