Fin 2017, Adobe a annoncé la sortie d’un nouveau Lightroom CC (Creative Cloud). Si depuis cette date, l’utilisateur a le choix entre deux versions de Lightroom « dans les nuages », cela s’est fait au détriment de la version à licence perpétuelle qui elle, a tout simplement été supprimée. Etait-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Voyons ensemble les conséquences de ce choix avec ce que je pense de cette décision.

Article mis à jour le 14/02/2019

Revenons dans le passé (jusqu’à mi-octobre 2017 pour être précis…). A cette époque, l’utilisateur désireux de retoucher ses images via Lightroom avait le choix entre les deux formules suivantes :

  • L’offre Lightroom standard. Ça correspondait à ce que l’on appelle la licence perpétuelle, à savoir, on achète le logiciel et on l’utilise aussi longtemps que l’on veut. Pour passer à une nouvelle version, on attend que l’éditeur en propose une, puis on repasse à la caisse pour acheter une licence de mise à jour (moins chère que la licence complète). Lightroom en était donc arrivé à la version 6.
  • L’offre Lightroom CC. C’est une formule par abonnement et qui permet à l’utilisateur d’avoir un produit constamment à jour. Tant que l’utilisateur paye, il peut utiliser l’ensemble des fonctionnalités du produit.

Si, à leur sortie, Lightroom 6 et Lightroom CC étaient strictement et rigoureusement identiques, le fossé s’est creusé petit à petit entre la version CC, qui, au fur et à mesure de ses mises à jour, à introduit de nouvelles fonctions, qui bien entendu n’existaient pas dans la version 6 (correction de la brume, outil amélioré de redressement des perspectives, etc…).

Certains utilisateurs attendaient donc tranquillement la sortie de Lightroom 7 pour pouvoir bénéficier de ces améliorations, voir même avoir des nouveautés supplémentaires, ce qui est généralement le cas lors de la sortie d’une nouvelle version.

Malheureusement, ce n’est pas comme cela que ça s’est passé. Exit Lightroom standard. La version 7 ne verra jamais le jour. A la place, Adobe a annoncé deux versions Lightroom CC…

La nouvelle organisation Lightroom

Il y a tout d’abord eu la mise à jour de Lightroom CC que je viens de vous présenter et qui a été rebaptisée Lightroom Classic CC. L’interface est restée identique à l’ancien Lr avec 2-3 nouveautés tout de même (augmentation de la rapidité de traitement des images et masques de gamme).
Icône Lightroom
La véritable nouveauté, est venue en fait du nouveau Lightroom … qui a été nommée devinez comment, … Lightroom CC. Ben oui, je sais, ça a porté à confusion à sa sortie mais bon, les utilisateurs de la première heure de Lr s’y sont faits depuis…

La différence essentielle entre la version Classic et la version CC, (c’est bon, vous me suivez toujours ?) tient en une phrase : le stockage de vos images sur le serveur d’Adobe. Vous l’aurez compris, le nouveau Lightroom est avant tout destiné aux photographes nomades. D’ailleurs, des applications iOS, Androïd et Web ont été annoncées le même jour et sont sorties parallèlement à cette nouvelle version CC.

Avec ce système (Lightroom CC donc…), le traitement d’une image est, on ne peut plus mobile. Il est donc possible aujourd’hui :

  • de commencer le traitement de vos images à la maison, le matin, devant votre poste de travail,
  • de le poursuivre dans les transports en commun en allant au travail via votre téléphone ou tablette,
  • de fignoler 2-3 petits trucs pendant la pose de midi via votre navigateur internet (ou pendant vos heures de travail si le chef est absent 🙂 ),
  • et de terminer le soir, de retour à la maison, la retouche sur votre ordinateur.

Bien entendu, les modifications apportées aux images se répercutent immédiatement sur les serveurs d’Adobe, si bien que lorsque l’on se connecte à nouveau à ses photos , les retouches sont forcément à jour. Avec cette version, exit donc les catalogues qui, selon Adobe, étaient sources d’erreurs. Il en découle un système plus simple et plus accessible à ceux qui se mettent à la retouche photo. Les 7 modules de la version Classic (Bibliothèque, Développement, Carte, etc…) ont laissé la place à un seul module.

Pour une information détaillée de ces deux logiciels vous pouvez lire les articles qui présentent en détail Lightroom CC et son aîné, Lightroom Classic CC.

Au final, l’utilisateur dispose donc de 3 formules d’abonnement :

  • La formule Creative Cloud pour la photo (11,99 €/mois). Elle comprend Lightroom Classic CC + Photoshop CC + Lightroom CC avec 20 Go d’espace de stockage. C’est une offre intéressante car elle donne accès aux 2 Lightroom + Photoshop
  • La formule Lightroom CC (11,99 €/mois). Elle comprend Lightroom CC avec 1 To d’espace de stockage. D’autres forfaits avec des capacités de stockage plus étendus devraient arriver d’ici peu
  • La formule Creative Cloud pour la photo avec 1 To dans le cloud (23,98 €/mois). Ca correspond aux deux offres détaillées ci dessus.

Ce que je pense de ces nouveautés

Il est évident que la suppression de la version standard n’a pas été une bonne nouvelle. Un tel choix s’est fait forcément au détriment d’un certain type d’utilisateurs.

Il ne fait aucun doute que le choix de mettre un coup d’arrêt sur la version standard était une histoire de fric. Depuis son lancement, la formule Creative Cloud fait un carton. Entre 2014 et 2017, les revenus d’Adobe liés aux licences perpétuelles sont passés de 700 à 200 millions de $ quand celui lié aux abonnements à lui bondi de 1,1 à 4 milliards de $ (source : Adobe Investor Presentation October 2017). Bref, la messe est dite et l’on est pas prêt de revoir une licence perpétuelle de sitôt.

Personnellement, Je ne suis pas et n’ai jamais été fan de ces solutions par abonnement. Je préfère décider du moment auquel je passe d’une version à une autre. Actuellement, je possède toujours la version 6 et n’envisage pas de migrer vers l’une de ces deux versions CC. Pourquoi ?

L’écart entre les fonctions proposées par la version Classic CC actuelle et ma version de Lightroom n’est pas suffisant à mes yeux pour justifier le passage à la version par abonnement. De plus, je n’utilise pas Photoshop (j’ai choisi Affinity Photo pour la retouche et restauration de mes photos).

Et puis, comment va évoluer cette offre payante ? Maintenant qu’il n’y a plus le choix, Adobe peut très bien augmenter du jour au lendemain le montant de l’abonnement.

Enfin, et c’est sans doute ce qui m’inquiète le plus, quel est le devenir de Lightroom Classic CC ? On peut raisonnablement se poser la question. Adobe supprimera t-il un jour Lightroom Classic CC de son catalogue ? Si l’on compare les deux versions qui cohabitent aujourd’hui, il est clair que la liste des fonctionnalités est toujours aujourd’hui en faveur de la version Classic. Pas de soucis donc, dans l’immédiat. Par contre, il est plus qu’évident qu’Adobe va continuer de développer Lightroom CC. Ils n’ont pas passé tout ce temps à développer un logiciel pour le laisser végéter. Le fossé va donc se resserrer petit à petit et l’on peut légitimement se demander ce qu’il adviendra de ces logiciels qui seront encore plus en concurrence…

Bon, si ça se trouve, je suis complètement à côté de la plaque et la direction qui sera prise par Lr CC sera complètement à l’opposé de la version Classic. Ça, seul Adobe le sait…

Depuis, la concurrence a réagi (ils auraient eu tors de se priver) : DxO PhotoLab, Luminar, On1 Raw… L’ensemble de ces logiciels intègrent dorénavant un système de catalogage plus ou moins élaboré.

La côte d’amour d’Adobe chez les fans de la version perpétuelle est descendue en flèche. Ça a débattu sur les forums… Faire le forcing pour que les utilisateurs de Lightroom version standard souscrivent à l’une des versions CC, c’est les inciter à aller voir ailleurs.


Concernant l’offre Lightroom CC, (la 100% cloud, si vous préférez) je me pose encore plus de questions.

Quand Adobe à annoncé qu’il travaillait sur un nouveau projet de logiciel de retouche d’image (qui à l’époque était baptisé le projet Nimbus), il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait d’un logiciel capable de gérer des photos stockées sur un serveur distant. Naïvement je pensais que l’utilisateur aurait le choix de l’hébergeur pour ses photos. Il n’en a rien été et c’est cela qui me dérange le plus dans ce « nouveau » Lightroom. Laisser ses photos sur le serveur d’Adobe, c’est leur faire confiance de bout en bout. Une fois qu’on y est, on y est ! Difficile ensuite de migrer vers une autre offre logicielle. Que se passe t-il en cas de fin de souscription ?Comment récupère t-on ses images et surtout l’intégralité du travail de retouche apporté à celles-ci ? Et puis :

  • Il(s) est(sont) ou ce(s) serveur(s) ?
  • Si c’est aux Etats Unis, qu’en est t-il de la protection des données au titre de la vie privée ?
  • Les données sont-elles dupliquées sur différents data center pour faire face aux risques inhérents à ce type de stockage (pirate informatique, incendie, dégâts des eaux, tremblement de terre…).

Peut-on rester avec Lightroom 6 ?

Oui, bien sur. Une ultime mise à jour a été publiée le 26 octobre. On en restera donc à la version 6.14

Par contre, il est évident que depuis l’annonce des 2 Lightroom, la version 6 n’est plus en mesure de lire les nouveaux formats Raw qui sont arrivés sur le marché (je pense notamment à tous les hybrides pleins formats annoncés à l’été 2018). Bien sur, une la parade existe : convertir ses fichiers Raw au format DNG. Et puis, à long terme, l’application ne fonctionnera plus sur les futures versions de Windows et MacOs… Mais d’ici là, rassurez-vous, vous aurez eu le temps de réfléchir et de faire votre choix : passage à CC, nouvelle solution logicielle existante ou encore attendre et laisser le temps aux éditeurs Challengers de sortir un produit plus abouti et équivalent à votre Lightroom adoré.

Conclusion

Adobe annonçait avoir été obligé de créer ainsi deux Lr différents car l’ancienne version, de par son architecture, n’était pas conçue pour permettre de gérer des images stockées sur un serveur. Gageons que d’autres éditeurs de logiciels seront eux capable de développer un tel logiciel. Et c’est probablement ça le logiciel de retouche photo idéal. Un produit capable à la fois de gérer et retoucher les images stockées sur un disque dur et de répercuter ces modifications sur les photos en backup sur un serveur distant. Tout ceci, dans un flux de production non destructif, bien entendu. Allez les éditeurs tiers, au boulot !!

Et vous qu’en pensez-vous ? Quel est votre point de vue sur la nouvelle politique d’adobe ?


Et vous, qu’allez vous faire, suite à la décision d'Adobe de ne plus mettre à jour Lightroom en licence perpétuelle ?

View Results

Loading ... Loading ...

Ces autres articles parlent aussi de : Lightroom

30 Partages
Partagez28
Tweetez
Enregistrer2
Partagez