Apprenez à retoucher vos photos...

Il existe une multitude de formats de fichiers pour vos photos. Certains comme le JPEG ou le TIFF vous sont probablement familiers là ou d’autres formats comme le BMP ou l’EPS vous sont inconnus. A quoi servent ces formats ? Sont-ils toujours utiles aujourd’hui ? Cet article fait le point sur ces formats que j’ai décidé de qualifier «d’exotiques»…

quelques extensions de fichiers image
Là ou le monde de la photographie argentique à créé deux types de supports en quasiment deux siècles d’existence (le film négatif pour la photo et le film positif pour la diapo), l’industrie de l’imagerie numérique est à l’origine d’une multitude de formats de fichiers pour vos photos.

A chaque étape du processus de création d’une image, ce sont ainsi plusieurs types de fichiers qui vous sont proposés. Si je reprends les formats les plus connus, on peut présenter et résumer les choses comme suit :

  • Pour la prise de vue : JPEG, Raw, DNG
  • Pour la retouche : JPEG, TIFF, PSD
  • Pour l’impression : TIFF, JPEG, PDF
  • Pour l’affichage sur le web : JPEG, PNG, GIF
  • Pour l’archivage : JPEG, DNG, PSD, TIFF

Chaque format de fichier à bien entendu ses avantages et inconvénients. Pour en savoir plus et étant donné que ce n’est pas le thème de cet article, je vous invite à lire les deux billets suivants : Raw ou JPEG à la prise de vue ? et Quel format de fichier pour mes photos numériques ?

Par contre, il faut savoir que le monde de l’imagerie numérique ne se limite pas à ces 7 formats. Il en existe d’autres, beaucoup d’autres.

Il est bien évident que je ne vais pas faire ici un état des lieux de chacun de ces fichiers. D’une part, ils sont si nombreux que l’article serait d’une longueur (et d’un ennui) infini et d’autre part, j’en serai complètement incapable (certains fichiers me sont d’ailleurs complètement inconnus).

Pour vous faire une idée du nombre de fichiers existants, je vous invite à télécharger et tester XnConvert. Comme son nom l’indique, c’est un convertisseur de fichiers image (ne vous privez pas, il est gratuit).

XnConvert

XnConvert, le couteau Suisse des Photographes

Une fois installé, ouvrez une image puis cliquez sur l’onglet Sortie (en haut d’écran) puis sur Format (à droite). Comme vous pouvez le constater, la liste est conséquente…

C’est donc une petite sélection que j’ai décidé de vous présenter. Pour plus de clarté, je les ai classé par catégories.

Pourquoi avoir qualifié ces formats d’exotiques ? Tout simplement parce qu’ils sont moins utilisés que les autres. Et pourquoi sont-ils moins utilisés que les autres ? J’y vois quatre raisons principales :

  • Soit ces formats ne sont pas ou plus adaptés à l’informatique d’aujourd’hui (dans certains cas ils ont même quasiment disparu)
  • Soit ces formats ne se sont jamais imposés parce qu’ils ont été boudés par les industriels
  • Soit ces formats répondent à des besoins particuliers qui font qu’ils ne sont pas utilisés par les photographes (avec un grand F) que nous sommes
  • Soit ces formats sont qualifiés de propriétaires et ne sont donc pas libres de droits.

Voilà, le décor est planté, il ne reste plus qu’à vous présenter ces fameux fichiers exotiques…

1. Les formats de fichier image qui ne sont plus adaptés

Le format BMP (BitMaP)

Je suis obligé de commencer par lui car c’est l’un des plus anciens formats. Il a été créé par IBM et Microsoft. Si vous utilisez ou avez utilisé le logiciel Paint inclus dans Windows et bien vous avez utilisé le BMP (ça me rappelle quelques souvenirs…).

C’est un format de fichier ouvert, la quasi totalité des logiciels de retouche d’image sont donc capables de le lire.

Du fait qu’il n’y a généralement pas de compression, il en résulte un fichier d’un poids très important et c’est d’ailleurs ce qui en fait son principal défaut.
Autre inconvénient : il ne gère pas les calques. De ce fait, il est donc préférable d’utiliser le format universel TIFF créé par Adobe.

2. Les formats de fichier image qui ne se sont pas imposés

Le format JPEG 2000

Le JPEG 2000 est peut-être le meilleur exemple d’une création râtée. Comme vous vous en doutez probablement, le JPEG 2000 est une amélioration du JPEG que nous connaissons tous. Il offre une compression d’une meilleure qualité pour un poids de fichier plus léger que son homologue (il gère même la compression sans pertes). Celui-ci était donc promis à un bel avenir. Boudé par les industriels et les éditeurs de logiciels (à priori pour des questions de coût de license), il ne s’est finalement jamais imposé.

Sachez pour conclure qu’il existe encore d’autres types de formats JPEG (JPEG-LS, JPEG XT, JPEG XR et JPEG XS).

Pour en savoir plus sur le JPEG2000 et la technique de compression utilisée, je vous recommande de lire cet article.

3. Les formats de fichier image conçus pour un usage spécifique

Le format EPS (Encapsulated PostScript)

Comme le PDF, l’EPS est un format de fichier non modifiable. C’est ce que l’on appelle un format de sortie et, comme le PDF, il est utilisé par le monde de l’impression et de l’édition. Comme le PDF, il gère les images vectorielles. Tant que vous n’avez pas à transmettre du travail à un imprimeur, vous ne devriez pas avoir à l’utiliser.

Le format PSB

Créé par Adobe, ce format est l’équivalent du format PSD de Photoshop mis à part qu’il a été conçu pour permettre le traitement des photos maousse costaud à savoir celles dont le poids est supérieur à 2 Go (c’est la limite du PSD).

J’en profite pour vous préciser que le format TIFF a lui aussi son format pour les très gros fichiers (> 4 Go). C’est le format BigTIFF. Original non ?

4. Les formats de fichiers image propriétaires

On les appelle comme cela car ils répondent aux deux exigences suivantes :

  • Il ont été développés par un éditeur pour répondre aux besoins d’un logiciel de retouche photo.
  • Ils ne sont pas open source c’est à dire qu’ils sont la propriété exclusive de cet éditeur.

Du coup, ces formats ne sont utilisables que sur le logiciel de l’éditeur qui l’a créé. Le problème étant ici que si le développement du logiciel est stoppé, on se retrouve avec un format de fichier orphelin qui a toutes les chances d’être illisible quelques années plus tard.

Voici donc quelques formats de fichiers propriétaires…

  • AFPHOTO pour Affinity Photo
  • XCF pour Gimp
  • PspImage pour Paint Shop Pro
  • PFI pour Photofiltre
  • PXM pour Pixelmator
  • PANO pour AutoPano
  • etc…

Ces formats de fichiers ne se limitent pas aux logiciels de retouche destructifs. Les petits fichiers chariot générés par les logiciels de dématriçage (également appelés dérawtiseurs), ont eux aussi leur format maison. En voici quelques-uns :

  • DOP pour DXO OpticsPro
  • PP3 pour RawTherapee
  • COS pour Capture One Pro

Ce nombre de fichiers n’est donc pas prêt de baisser du fait qu’à chaque nouveau logiciel de retouche d’image qui arrive sur le marché c’est un nouveau format qui fait son apparition.

Il n’y a qu’à partir du moment ou le logiciel photo devient populaire que son format de fichier devient incontournable (ex du PSD de Photoshop).

Conclusion

Voilà, j’espère que cette mini classification vous permet d’y voir plus clair…

Retenez qu’il faut penser à la pérennité de votre travail en prenant toujours garde à enregistrer celui-ci dans un format générique au risque de ne plus pouvoir ouvrir le fichier en question quelques années plus tard…

Ces autres articles parlent aussi de : Affinity Photo DXO Format raw Photofiltre Pixelmator The Gimp
7 Partages
Partagez4
Tweetez
Enregistrer2
+11
Partagez