Apprenez à retoucher vos photos...

Je reçois régulièrement des fichiers de photos à restaurer qui ne sont pas d’une qualité optimale. Difficile pour moi d’effectuer un travail de retouche ou restauration de photo qui soit de qualité. C’est pourquoi j’ai décidé de répondre à la question suivante : « Pourquoi la qualité du scanner est-elle  si importante dans la restauration d’une photo ? »

Article publié le 13/01/2011 et mis à jour le 21/03/2018

Une belle et bonne restauration de photo repose sur trois éléments fondamentaux correspondant chacun à une étape du processus de création de l’image :

  • La qualité du fichier de départ. Qu’il s’agisse d’un fichier fourni par un appareil photo numérique ou un scanner, cette règle est identique. Ce fichier numérique, c’est la matière première, la base sur laquelle le photographe va travailler. Il doit donc être de la meilleure qualité possible. Cette qualité dépend de deux choses : le matériel et les paramètres de numérisation (pour le scanner) ou de prise de vue (pour l’appareil photo). Pour faire de la bonne cuisine, il faut de bons ingrédients et du bon matériel. C’est exactement la même chose en photo numérique. Comment espérer avoir une belle retouche de photo si le fichier est de piètre qualité ? Vous pouvez avoir le meilleur cuisinier du monde, mais si les ingrédients qu’il utilise ne sont pas de premier choix ou que le matériel n’est pas à la hauteur, c’est peine perdue…
  • La qualité du travail de retouche. Ça correspond à la deuxième étape. Le résultat du travail dépend à la fois des connaissances en retouche numérique de celui ou celle qui va retoucher la photo, de la rigueur avec laquelle il ou elle va travailler et bien entendu, des logiciels utilisés.
  • La qualité du travail d’impression. Dans cette dernière étape, c’est la qualité du support et le matériel utilisé qui va faire la différence. Il va de soit qu’une photo s’imprime sur un beau papier, un bon papier avec une bonne imprimante et une bonne technologie d’impression.

Il suffit que l’un de ces points soit défaillant et vous n’obtiendrez pas la meilleure photo possible.

Je vais donc m’attarder ici sur le premier point et plus précisément sur la qualité du scanner destiné à numériser vos photos (je reviendrai sur les paramètres de numérisation dans un autre article).

Le scanner

Comme vous le savez, les photos à restaurer présentent quelques spécificités :

  • ce sont souvent de vieilles photos. De ce fait, celles-ci sont généralement de petite taille, un peu floues et peuvent présenter de gros écarts d’exposition (c’est à dire à la fois des zones très claires et très foncées). C’est tout à fait normal car les premiers appareils photos grand public délivraient des photos de moins bonne qualité que ceux d’aujourd’hui,
  • au fil du temps, les couleurs ou les nuances ont passé (éclaircissement, atténuation des teintes de l’image, perte de contraste) ou ont viré (jaunissement pour les photos noir et blanc et dominante rouge pour les photos couleur),
  • et bien entendu, elles sont abîmées (craquelures, déchirures, pliures, délitement, etc…).
restauration d'une très vieille photo de 1850

Restauration avant/après d’une très vieille photo de 1850

Plus que pour tout autre type de photo, il faut donc obtenir un fichier numérique qui soit de la meilleure qualité possible en vue de permettre la suppression de l’ensemble de ces défauts. Pour se faire, il faut avoir un scanner qui soit capable à la fois :

  • d’aller chercher les détails sur des zones qui peuvent être très petites,
  • de restituer le plus fidèlement possible les plus infimes nuances de couleurs et de teintes,
  • de voir aussi bien dans les zones très claires et très sombres de l’image.

Ce sont ces trois caractéristiques que je vous propose d’observer à travers les tests présentés ci dessous.

Pour réaliser ces tests j’ai donc comparé deux appareils appartenant à deux familles de produits différentes : une imprimante multifonctions (avec son scanner intégré) et bien entendu, un scanner spécifique dont la seule et unique fonction est de numériser des photos.

Comparatif scanner imprimante multifonctions – scanner photo

Pour vous permettre de visualiser les différences de qualité de numérisation qu’il peut y avoir entre les deux types de matériels, j’ai procédé à quelques tests comparatifs en utilisant deux photos assez représentatives de ce qui m’est régulièrement adressé :

La première photo (à gauche) est une photo qui s’est estompée au fil des années…

La seconde (à droite) est, au contraire une photo plus foncée, peu contrastée et qui s’est matifiée au fil du temps…

photos à numériser et restaurer

Les scanners suivants ont été utilisés pour numériser tour à tour ces deux photos :

  • l’imprimante multifonctions HP Photosmart C3100.

L'imprimante multifonctions HP Photosmart C3100

  • le scanner Epson Perfection V500 Photo.

Scanner Epson Perfection V500 Photo

Désolé de parler un peu technique mais c’est nécessaire pour ceux qui souhaitent connaître le protocole de test. La numérisation a donc été faite à une résolution de 600 DPI, au format JPEG (niveau de compression le plus faible) et en laissant le réglage des autres paramètres par défaut sur les 2 appareils. Pour vous permettre de mieux juger des résultats, je vous informe que la taille d’origine des photos est de 65 x 118 mm. Voyons tout de suite ce que ça donne…

La numérisation des photos

comparaison entre deux scans de photos
comparaison entre deux scans de photos

La restitution des détails de l’image :

Comme vous pouvez le constater, avec le scan de l’imprimante multifonctions HP, les images sont fortement pixelisées et ce, dès la résolution à 600 dpi (soit un tirage papier de 130 x 236 mm) ce qui veut dire qu’en doublant les dimensions de la photo d’origine, on a déjà une perte de qualité. Difficile dans ce cas, d’espérer avoir un bel agrandissement.

Pour une raison que j’ignore, le visage du personnage de la photo plus sombre est très légèrement étiré dans le sens de la largeur avec le scan de l’imprimante multifonctions (à gauche). Est ce du au fait que le couvercle n’appuie pas suffisamment sur la vitre lors de la numérisation ?

Les photos de l’Epson V500 peuvent paraître un peu floues (surtout sur la photo du bas). Mais, comme annoncé plus haut, je n’ai pas touché aux multiples possibilités de réglages offerts par le logiciel de numérisation fourni avec l’appareil..

La restitution de la fidélité des couleurs :

Le scanner de l’imprimante multi-fonctions est mal réglé. Comme vous pouvez le constater, les fichiers qu’il délivre ont une dominante magenta. A l’inverse, le scanner Epson restitue, quand à lui, des couleurs très proches de la réalité. Là, vu que vous n’avez pas les photos d’origine sous les yeux, il faut me croire sur parole…

Comment espérer récupérer, dans ce cas, la teinte sépia d’origine que certains d’entre vous souhaitent conserver ? Pire, dans le cas d’une photo couleur ayant viré au rouge, elle sera encore plus rouge que ce qu’elle est réellement. Tout ceci ne va pas dans le sens d’une bonne restauration des couleurs d’une image…

La restitution des nuances dans les zones claires et foncées :

Si l’on reprend l’exemple de la photo sous-exposée (la plus sombre) scannée par l’imprimante multifonctions, et que l’on regarde avec attention le col de la chemise, on s’aperçoit que le pourtour contient une multitude de pixels clairs, presque blancs.

Ces pixels clairs sont par contre, totalement absents sur le scan Epson qui, pour sa part, restitue parfaitement les nuances entre les tons clairs et foncés (toujours dans le col de la chemise).

Conclusion

Là ou le scanner Epson en a encore « sous la pédale », celui de l’imprimante multifonctions HP est déjà en bout de course.

Les scanners des imprimantes multifonctions, dont la fonction principale est de photocopier des documents, sont malheureusement bien mal pourvus en terme de netteté, de respect de fidélité des couleurs et de restitution des nuances dans les zones claires et foncées. De ce fait, ils ne sont donc pas recommandés pour numériser des photos et encore moins, de vieilles photos endommagées destinées à être rénovées.

Cela n’a bien évidemment rien de surprenant. Ces deux appareils n’ont pas été conçus pour répondre aux mêmes besoins. Ils n’ont bien sur pas du tout le même prix. Est-il besoin de le rappeler : la performance, ça se paie. Chacun sait qu’un appareil à 50 € délivre forcément de moins belles et bonnes images qu’un appareil à 500 €.

La qualité de la numérisation et les possibilités de pré traitement beaucoup plus fins offerts par les scanners photo penchent donc nettement en leur faveur. Le raisonnement sera le même si vous souhaitez simplement faire numériser vos photos sans les imprimer. Ne perdez pas de vue que la qualité d’affichage et la taille des écrans ne cesse d’augmenter et que seule une bonne numérisation vous permettra de profiter au maximum de leur passage sur un écran en haute définition.

Bref, si vous envisagez de m’envoyer des fichiers issus d’un scan d’une imprimante multifonctions pour les faire restaurer, je ne peux que fortement vous conseiller de me faire parvenir les photos d’origine par La Poste. Cela n’engendrera pas de frais supplémentaires car la prestation de numérisation est inclue par défaut dans les différents forfaits de restauration photo. Ce n’est qu’ainsi que vous aurez la garantie d’avoir la meilleure qualité possible…

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
+1
Partagez