Apprenez à retoucher vos photos...

Vous êtes à la recherche d’un logiciel gratuit pour optimiser vos images dans un flux de production non destructif ? Laissez-moi vous présenter Darktable, un logiciel de retouche photo très bien conçu et bourré de fonctionnalités (pour Mac, Linux et, dans une moindre mesure, Windows).

Article mis à jour le 20/03/2017

Darktable

Darktable, un logiciel complet

Darktable est un logiciel de retouche photo non destructif spécialisé dans le traitement des fichiers raw. Si vous ne savez pas trop ce que non destructif signifie, n’hésitez pas à lire l’article qui présente les 5 grandes familles de logiciels de retouche d’image.

Ca cible : les amateurs et experts soucieux d’optimiser et d’embellir leurs images à moindres frais (il est totalement libre et gratuit).

Comme vous allez le voir plus bas, Darktable est bourré de fonctionnalités. Il n’a pas grand chose à envier face à un ténor comme Lightroom sur lequel il y a d’ailleurs pas mal de points communs. Mais, avant d’aller plus loin dans les comparaisons, voyons déjà ce qu’il a à offrir…

FonctionsOUINON
Gestion des fichiers Raw, DNG, JPEG, TIFF, PSDX (sauf PSD)
Reconnaissance facialeX
Notation des photosX
Gestion des mots-clésX
Copies virtuellesX
Géolocalisation des imagesX
Correction des yeux rougesX
Correction balance des blancsX
Correction tonalitéX
Gestion des courbesX
Gestion tonalités (couleur et N et B)X
Correction des perspectivesX
Corrections des déformations de l'objectifX
Outils de retoucheX
Assemblage photo panoramiqueX
Assemblage HDRX
Gestion de l'impressionX
Création diaporamaX (visualisation uniquement)
Création livre photoX
Création pages webX
Envoi direct par mailX
Partage sur les réseaux sociauxX

L’environnement de travail

Son interface est organisée de la même manière que les logiciels concurrents. En couleur de fond, c’est encore et toujours le gris anthracite. Les panneaux comprenant les différents réglages et fonctions du logiciel sont, quant à eux, placés de part et d’autre de la zone de travail (qui elle est au centre, comme d’habitude).

Darktable comprend 5 onglets (disposés en haut à droite) :

  • Table lumineuse dans lequel on visualise, identifie, classe et sélectionne les photos à retoucher.
  • Chambre noire qui, comme son nom l’indique, correspond au module dans lequel l’utilisateur optimise et embellit ses images.
  • Capture qui permet de piloter son appareil photo (et que je n’ai pas pu tester du fait que mon appareil n’a pas été détecté).
  • Carte pour géolocaliser ses images.
  • Diaporama pour présenter ses photos sous la forme de … diaporamas.
  • Impression pour les fans de tirages papier.

Comme pour RawTherapee, Darktable est dépourvu de menu (du moins sur Mac). A croire que c’est la marque de fabrique des logiciels gratuits…

Comme c’est souvent le cas pour les logiciels gratuits, l’application prend relativement peu de place sur le disque dur (un peu plus de 160 Mo soit plus de 12 fois moins que le mammouth Lightroom).

L’importation

Les images importées dans Darktable sont conservées dans ce que le logiciel appelle la pellicule. C’est l’équivalent du catalogue dans Lightroom. La table lumineuse permet de visualiser l’ensemble des images présentes dans la pellicule.

Darktable fonctionne comme ses conccurents. Les photos importées sont automatiquement optimisées par le logiciel. Un petit fichier annexé à l’image (au format XMP) est alors généré pour sauvegarder ces modifications. Nous verrons plus loin, les avantages à utiliser ce type de format.

Pour importer des images dans la pellicule, il suffit d’aller dans le panneau Importer en haut à gauche et de choisir le dossier, l’image ou l’appareil photo connecté à l’ordinateur. Les photos s’affichent alors classiquement sous la forme de petites diapositives au centre de l’écran.

Darktable panneau Importation

Le panneau Importer de Darktable

Darktable reconnait les formats de fichier standards de l’industrie photographique (JPEG, TIFF mono et multi-calques, PNG, GIF) et bien entendu les fichiers Raw et DNG. Le format PSD étant un format de fichier propriétaire, il n’est pas reconnu.

Le classement, l’identification, le tri

Darktable propose de nombreuses fonctions pour identifier, classer et retrouver facilement ses photos.

Ca commence bien entendu par les mots clés. Pour identifier plusieurs images avec les mêmes mots-clés, il suffit de les sélectionner et de les identifier. Ceux-ci sont enregistrés à la fois dans le fichier XMP et dans la base de données du logiciel.

Très bon point : il est possible d’importer/d’exporter les mots clés au format TXT. Ca facilite ainsi la migration entre les différentes applications. J’ai ainsi exporté ma bibliothèque de mots clés de Lightroom que j’ai ensuite importé vers Darktable. Tout est là, classé alphabétiquement, c’est nickel !

Comme précisé tout à l’heure, Darktable utilise le standard XMP créé par Adobe pour enregistrer les modifications apportées aux images. Du coup, ça lui donne un avantage que peu de logiciels ont. En effet, celui-ci est capable de lire les notes sous forme d’étoiles, les codes couleurs, les mots-clés, les données de géolocalisation ainsi que certaines opérations de retouches apportées par Camera Raw. Dingue non ? Malheureusement, l’inverse (Camera Raw vers Darktable) n’est pas possible.

Sachez toutefois qu’il y aura des petites différences de rendu entre les images retouchées par Lightroom puis lues par Darktable. C’est tout à fait normal car ces deux applications ne partagent pas les mêmes algorithmes de traitement. Cela reste néanmoins une option très intéressante pour tous ceux intéressés par une migration de logiciel…

Darktable, les vignettes

Il est également possible d’identifier les images comme rejetées en cliquant sur la petite croix en bas à gauche de la vignette. Il suffit ensuite de les afficher via le menu déroulant en haut d’écran et de décider de leur devenir (enlever pour les retirer de la table lumineuse mais les conserver sur le DD ou poubelle pour les mettre directement à la corbeille).

Darktable offre aussi la possibilité de regrouper les vignettes (pratique pour les photos prises en rafale ou les images destinées au HDR par ex).

Une fois ce travail de classement réalisé, il est aisé d’utiliser le panneau filtres de collection pour afficher les vignettes correspondant à certaines conditions (par type de boitier, date, objectif, mot-clé, etc…). Il est même possible de créer des collections personnalisées (toujours dans ce même panneau).

A l’inverse de RawTherapee, Darktable est tout à fait capable de créer des copies virtuelles. C’est un bon point car cela permet à l’utilisateur de créer des variantes de traitement sur une même image (par exemple, une version en couleur et une autre en noir et blanc).

N’ayant pas d’APN muni de la fonction GPS, je n’ai pas pu vérifier la géolocalisation automatique des images (onglet Carte). Sachez également que Darktable lit les fichiers de géolocalisation au format GPX.

La retouche des images

Comme d’habitude, c’est là ou je vais être le plus bavard. Et, vous allez le voir, Darktable en a sous le capot…

Comme pour les logiciels concurrents, il suffit de double-cliquer sur la vignette à retoucher sur la table lumineuse pour basculer dans le module de retouche (qui, je vous le rappelle, s’appelle chambre noire).

Présentation de la chambre noire

L’interface, se présente de la manière suivante :

  • A gauche, on retrouve le navigateur (pour se déplacer dans l’image), l’historique des modifications, l’affichage des données exifs, les mots-clés, la pipette de couleur et les outils de création et de gestion des masques.
  • A droite ce sont bien entendu les fonctions de retouche qui sont présentes. Ces fonctions de retouche sont appelées des modules. Ces modules sont groupés et classés par catégories. L’histogramme est placé juste au dessus.
  • En bas d’écran on retrouve classiquement le film fixe pour naviguer d’une photo à l’autre.
Darktable, les modules de base

Les modules de base de Darktable

Quant aux modules comprenant les fonctions de retouche, ils se présentent comme suit :

  • Le premier groupe permet de visualiser instantanément quels sont les modules qui ont été utilisés pour optimiser la photo.
  • Le second groupe  affiche les modules favoris de l’utilisateur. Cela permet de personnaliser son espace de travail et donc, de travailler plus rapidement. Pour rajouter un réglage dans ses favoris, il faut cliquer sur l’étoile à gauche du réglage affiché dans le module plus de modules situé juste en dessous.
  • Les 5 groupes suivants contiennent les modules classés par catégories (base, tonalité, couleur, amélioration et groupe d’effets). L’application d’un réglage à l’image s’effectue classiquement par déplacement des curseurs.

Comme évoqué tout à l’heure, Darktable optimise systématiquement les images qu’il importe. Le panneau Historique permet de voir quelles sont les actions apportées à l’image. Cet historique est bien sur conservé et s’affiche à la réouverture du logiciel. On peut donc naviguer à travers les différentes étapes qui ont conduit à l’image actuelle. Il est bien sur possible de revenir à n’importe quel moment sur les réglages appliqués à l’image (c’est le principe de la retouche non destructive). Sachez que cet historique peut être compressé pour être optimisé (via le bouton compresser l’historique en bas du panneau).

Darktable autorise également la création d’instantanés. C’est pratique car cela permet de garder une trace de l’état de l’image à un instant T. L’utilisateur peut ainsi faire un avant/après avec n’importe laquelle des étapes précédentes. Pour quitter l’aperçu en mode comparaison, il faut re-cliquer sur le nom de l’instantanné.

Le pipeline graphique et l’ordre des modules

Il faut savoir que le processus de traitement des images de Darktable est différent des logiciels concurrents.

Darktable, retouche d'une photo

En fait, les réglages appliqués à l’image par le logiciel suivent un ordre bien précis. Cet ordre correspond à celui visible à droite de l’écran dans le premier onglet qui affiche les modules actifs. Il se lit de bas en haut. Si je prends l’exemple de l’image ci dessus, on constate que Darktable commence par ajuster le point noir et le point blanc, la balance des blancs, etc… pour arriver à la version qui s’affiche à l’écran. C’est ce processus de traitement que Darktable appelle le pipeline graphique.

L'ordre des modules se lit du bas vers le haut

L’ordre des modules se lit du bas vers le haut

Cet ordre est différent de l’historique, qui lui reprend la liste chronologique des opérations apportées à l’image. Par exemple, pour notre photo, l’historique ressemble à ça :

Darktable, l'historique

L’historique des modifications, bien différent de l’ordre des modules…

Finalement, on peut presque assimiler ces modules à des sortes de calques. Voici comment ça fonctionne :

  • un module reçoit une image avec un certain rendu,
  • un nouveau réglage est appliqué au sein du module,
  • l’image ressort de ce module avec un nouveau rendu,
  • ce nouveau rendu sert alors de rendu pour le module suivant.

Ce système fait de Darktable une sorte de logiciel hybride, ce qui lui permet d’offrir des possibilités créatives bien supérieures à ses concurrents.

Les modes de fusion et les masques

Du fait que ces modules suivent un ordre bien précis, il est possible d’agir sur la façon dont ceux-ci vont interagir entre eux. Ces interactions peuvent se faire de deux manières différentes :

  • par modification de l’opacité. A 0%, l’effet du module est totalement masqué ; à 100%, il s’applique entièrement.
  • par le mode de fusion. C’est une option que certains utilisateurs de logiciels de retouche destructif connaissent bien. Pour faire court, ces modes de fusion permettent ici de modifier le mode de rendu entre deux modules. Pour bien comprendre comment cela fonctionne, sachez que j’ai écris un article sur ces fameux modes de fusion
Darktable, les modes de fusion et l'opacité

Il est possible de modifier les modes de fusion et l’opacité comme pour les calques

De plus, certains modules peuvent également être dupliqués pour permettre d’appliquer plusieurs fois un même réglage (par exemple un premier réglage courbe des tonalités pour les tons foncés et un second pour les tons clairs). Ces réglages se matérialisent ensuite sous la forme de deux opérations distinctes dans l’historique. Pour dupliquer un module, il faut faire appel aux instances (premier icône à gauche du nom du module).

J’en arrive donc aux masques…

Le but des masques est de permettre d’appliquer localement des réglages sur l’image (par exemple renforcer la netteté uniquement sur un visage, assombrir uniquement le ciel, etc…). Pour réaliser ce genre d’effet, il faut créer un masque.

Les outils de création de masques sont au nombre de cinq (forme au pinceau, circulaire, elliptique, chemin, dégradé). Là ou Darktable est très fort c’est que ces masques étant vectoriels, ils peuvent être modifiés très facilement (par déplacement, rajout ou suppression de points).

Ces masques peuvent s’appliquer sur de nombreux modules. Ils sont systématiquement enregistrés dans le module ou ils ont été créés. Ces masques sont également listés dans le module gestion des masques, ce qui permet d’avoir une vue synthétique de l’ensemble des masques enregistrés. Le but étant ici de permettre de les combiner entre eux (addition, soustraction, intersection, fusion…) de manière à obtenir des formes plus complexes.

Autres fonctions de retouche

Il m’est impossible de présenter tous les modules de retouche tant ceux-ci sont nombreux (plus de 60). De ce coté là, il ressemble à RawTherapee. En voici quelques uns qui n’existent pas dans les autres logiciels : cadre décoratif, apposition de filigrane, effet Orton, inverser (pour les négatifs), filtre passe bas, passe haut…

Les réglages appliqués aux images peuvent être sauvegardés dans les styles pour être utilisés sur d’autres photos. C’est l’équivalent des paramètres prédéfinis de Lightroom.

A l’instar des aperçus dynamiques de Lightroom, Darktable propose aussi sa solution maison pour permettre aux photographes d’optimiser leurs images lorsque celles-ci ne sont pas directement accessibles par le logiciel (cas des photos sur un DD externe débranché par exemple). Il suffit de sélectionner les images à copier dans la table lumineuse et de cliquer sur copier localement dans le panneau images sélectionnées (à droite). Une fois les retouches effectuées et le disque dur reconnecté, un clic sur resync copie locale et les modifications s’appliquent directement sur les images source. La copie locale est alors supprimée.

Les utilisateurs qui impriment leurs photos seront intéressés de savoir que Darktable propose aussi comme Lightroom l’epreuvage écran (en bas à droite de l’image).

Le partage des photos

Darktable offre de nombreuses possibilités pour partager ses photos. C’est dans ce sens qu’il se rapproche de Lightroom. Les partages suivants sont possibles :

  • publication sur les réseaux sociaux (Facebook, Flickr et Google +).
  • création de galerie web (non testée).
  • création d’un diaporama. On sélectionne les images à afficher puis on clique sur diaporama (et c’est tout !). Il n’y a pas d’exportation possible. C’est donc exclusivement un mode de visualisation.
  • impression des photos (non testée).

L’exportation

L’application des réglages à l’image finale s’effectue via le panneau exporter sélection présent dans le module table lumineuse (en bas à droite).

En fonction de l’option d’enregistrement choisie (disque dur, par e-mail, galerie web ou réseaux sociaux), le logiciel propose différents formats de fichiers (JPEG, TIFF, PDF, PNG, etc…) et différentes options d’exportation (compression de l’image, taille, profil couleur).

Darktable, panneau Exporter sélection

Le panneau exporter sélection de Darktable

Au chapitre des regrets…

  • Darktable n’est pas disponible pour Windows… même si une version non officielle existe. Je ne l’ai pas testée mais il semble qu’elle ne soit pas très stable. Dans ce cas, il vaut donc mieux partitionner son disque dur,  installer Linux sur une des deux partitions puis Darktable Si vous avez des informations sur la stabilité de la version Windows, je suis preneur…
  • Il n’est pas possible d’afficher la vignette à 100 % dans la table lumineuse. Il faut donc forcément passer par le module chambre noire pour examiner ses photos dans le détail. Cela ne facilite pas le classement des images.
  • Comme certains de ses concurrents, il n’est pas possible d’exporter ses images au format DNG. C’est d’autant plus dommage qu’il le gère bien en entrée.

Conclusion

Lorsque j’ai installé et testé Darktable, je ne m’attendais pas à un logiciel aussi complet. C’est en l’utilisant que j’ai découvert ce qu’il a à offrir et j’avoue avoir été très agréablement surpris.

Celui-ci est assez facile à prendre en mains. Les habitués de ce type de logiciel ne devraient pas rencontrer de difficultés majeures pour faire leurs premiers pas. Par contre, pour bien comprendre comment tout cela fonctionne et tirer pleinement parti des fonctions proposées par Darktable, je vous conseille la lecture du manuel en ligne. Je peux vous dire qu’il m’a bien aidé (merci au(x) rédacteur(s) 🙂 ).

Pour les non initiés, pas de panique ! Ce logiciel est un excellent moyen pour s’essayer au flux de production non destructif ou pour s’affranchir des options payantes qui ne conviennent pas forcément à tout le monde.

Les Linuxiens, pour qui les choix logiciels sont plus restreints, ont avec Darktable de quoi se réjouir car c’est un vrai et bon logiciel de retouche d’image qui n’a pas grand chose à envier aux solutions payantes distribuées pour MacOs et Windows. Associé à Gimp, son équivalent gratuit en retouche destructive, l’utilisateur dispose ainsi d’un potentiel de travail et de retouche important. C’est, à coup sur, l’une des meilleures associations possible dans les logiciels libres…

Télécharger Darktable

Ces autres articles parlent aussi de : Format raw Lightroom Mode de fusion The Gimp
14 Partages
Partagez11
Tweetez
Épinglez1
+11
Partagez1