Apprenez à retoucher vos photos...

Article mis à jour le 11/12/2016

Photoshop est le logiciel incontournable pour tout photographe désireux de créer des photomontages élaborés au rendu professionnel. Connu de tous, il ne souffre d’aucune concurrence… à moins qu’Affinity Photo, un nouveau venu dans le monde de la retouche photo (pour Mac et maintenant pour PC) ne vienne chambouler cette suprématie. Est-ce le cas ? Voyons tout cela en détail…

Logo Affinity Photo

5 ans de développement ont été nécessaires pour permettre à la société Serif d’éditer Affinity Photo (AFP), un logiciel de retouche destructif (comme Photoshop). Sa cible : les professionnels et amateurs avertis en retouche d’image.

La première bonne surprise est son prix : 49,99 € pour une licence perpétuelle, point. C’est peu comparé aux 11,99 €/mois demandés à vie par Adobe. Je l’ai donc acheté, testé et voici mon analyse sur ce logiciel.

Fonctions disponibles

Autant vous le dire tout de suite, pour un nouveau venu dans le monde de la retouche photo, ce logiciel est très complet. Voyez plutôt…

FonctionsOUINON
Gestion des calquesX
Calques de réglagesX
Masques de fusion/calquesX
Présence des modes de fusionX
Présence de filtres créatifsX
Correction des yeux rougesX
Gestion des courbesX
Gestion des niveauxX
Correction des perspectivesX
Corrections des déformations de l'objectifX
Dessin vectorielX
Retouche fichier RawX
Assemblage photo panoramiqueX
Assemblage HDRX
CatalogageX
Effets de texteX
Effets d'ombresX
Création de formes personnaliséesX
Gestion des modes de couleursX
Gestion des scripts/macrosX
Partage sur les réseaux sociauxX

L’espace de travail

Contrairement à ses concurrents, Affinity photo a fait le choix d’une interface de travail s’articulant autour de 5 modules, appelés Persona :

  • Photo Persona. C’est le mode de travail par défaut, celui qui s’ouvre au démarrage du logiciel (sauf pour le traitement des Raw). Il ressemble comme deux gouttes d’eau aux autres logiciels de retouche photo du marché : outils à gauche, fenêtres à droite (calques, historique, histogramme etc.) et options des outils en haut d’écran. Les fenêtres sont rangées sous forme d’onglets et peuvent bien entendu être déplacées/détachées sous forme flottante.

    Le module Photo Persona

    Le module Photo Persona

  • Liquify Persona. La retouche beauté étant une des fonctions les plus utilisées en retouche photo, l’éditeur a fait le choix de créer un module spécifiquement dédié à cette activité. C’est donc ici que s’effectuent les modifications de silhouette, d’affinement de visages et déformations en tous genres.

    Le module Liquify Persona

    Le module Liquify Persona

  • Develop Persona. A partir du moment ou vous avez choisi le format Raw pour vos photos, c’est ce module qui s’ouvre. C’est l’équivalent du Camera Raw d’Adobe mis à part que celui-ci est directement intégré dans le logiciel (c’est pas plus mal).

    Le module Develop Persona

    Le module Develop Persona

  • Tone Mapping Persona. C’est le module pour les fans de HDR. Il permet d’effectuer des rendus avec des tonalités différentes.

    affinity photo tone mapping persona

    Le module Tone Mapping Persona

  • Export Persona. Comme son nom l’indique, ce module intervient en fin de processus. Il est conçu à l’attention des concepteurs de sites web et aux blogueurs. Celui-ci vise à simplifier l’exportation des images destinées au web en permettant à l’utilisateur de sélectionner type de fichier et les options d’exportation (mode de compression, taille, résolution…)

    Le module Export Persona

    Le module Export Persona

Les outils

Tout y est : détourage, tampon de duplication, gomme, pot de peinture, dégradé etc. Comme pour les logiciels concurrents, il suffit de cliquer sur l’outil pour voir apparaître les options de l’outil sélectionné en haut d’écran. Les outils connexes sont regroupés entre eux et identifiables par le petit triangle situé en bas à droite de l’outil.

Outils d'affinity Photo

Par défaut, Affinity Photo n’affiche qu’une colonne d’outils. Du coup, pour afficher les couleurs de premier/arrière plan, il faut aller dans Affichage > Personnaliser les outils puis choisir l’affichage des outils sur au moins 2 colonnes.

Les raccourcis

Les habitués de Photoshop apprécieront le fait que les raccourcis clavier sont identiques aux logiciels d’Adobe. Tant mieux, la prise en mains est ainsi grandement facilitée.

L’utilisateur peut, s’il le souhaite, personnaliser entièrement ses raccourcis en allant dans Affinity photo > Préférences… > Raccourcis clavier.

Créer sa composition

AFP étant destiné aux experts de la retouche photo, les fonctions proposées par ce logiciel sont très nombreuses et variées.

AFP reconnait tout d’abord l’ensemble des formats standards de l’imagerie numérique : JPEG, TIF, Raw, GIF, PNG et PSD. Et, comme souvent, il est doté de sa petite extension maison : le .AFPHOTO.

Par contre il faut savoir que ce logiciel aplati systématiquement les images au format TIF lors de leur ouverture. Cela n’est pas le cas pour le PSD ou l’ensemble des calques sont bien conservés à l’importation. Il faut donc veiller à convertir les TIF en PSD avant de les ouvrir avec AFP si l’on ouvre des images préalablement créées dans l’un des deux Photoshop.

Les calques

Affinity Photo propose trois types de calques :

  • Le calque de remplissage. Dès lors que l’on active ce calque il se rempli de la couleur sélectionnée (visible dans l’onglet Couleur). Il est bien sur possible de changer de couleur à tout moment en sélectionnant  tout simplement une nouvelle couleur.
  • Le calque de réglage. C’est l’un des éléments qui fait la qualité d’un bon logiciel de retouche d’image car il permet de retoucher de manière non destructive l’image à traiter. Ici, ce ne sont pas moins de 22 calques de réglages différents qui sont proposés. Parmi ceux-ci, les calques Tons foncés/tons clairs ou Balance des blancs qui n’existent pas dans les logiciels concurrents sont une bonne idée car ce sont des fonctions très fréquemment utilisées en retouche photo.
  • Le calque de filtre en direct. C’est, à ma connaissance une exclusivité d’AFP. Ces calques sont l’équivalent des calques de réglages mais adaptés aux filtres (27 filtres au total). L’utilisateur bénéficie donc des mêmes avantages que pour les calques de réglages (la totalité des modifications apportées sont réversibles). C’est l’équivalent des objets dynamiques de Photoshop. L’avantage étant ici que le poids du fichier final avec tous ses calques est beaucoup plus léger.

Le gros, que dis-je, L’ENORME point fort d’Affinity Photo, c’est la visualisation en temps réel des modifications apportées via les calques de réglages et calques de filtres. En effet, dès lors que l’on déplace un curseur pour modifier l’apparence d’un réglage ou filtre, son effet s’applique directement sur l’image. Pas besoin de cliquer sur un quelconque bouton OK pour voir ce que ça donne. C’est extrêmement pratique.

Ces trois types de calques peuvent aussi être associés à un masque de calque (équivalent du masque de fusion dans Photoshop) pour afficher/atténuer/masquer les effets induits par ces calques. Si on combine tout cela, ça laisse entrevoir pas mal de possibilités…

Les utilisateurs qui font fréquemment appel aux styles de calques dans Photoshop seront intéressés par le fait que cette option est également présente dans AFP via l’onglet Effets du calque.

Styles de calques Affinity Photo

Sachez enfin qu’il est possible de hiérarchiser/regrouper les calques en les mettant dans des dossiers. C’est pratique lorsque le nombre de calques commence à devenir conséquent.

Les filtres

Un autre élément qui fait la richesse d’un logiciel de retouche photo, ce sont les filtres car ils apportent une véritable touche créative à la photocomposition. La dernière version en date en propose pas moins de 62 différents.

Tous ne sont pas présents sous forme de calques de filtre (enfin, pas encore !). Du coup, on retrouve le menu Filtre ou ceux-ci sont classiquement regroupés par famille (Flou, Netteté, Distorsion, Bruit, Détection, Couleurs). Au final, certains d’entre eux existent à la fois sous la forme de calque de filtre et de filtres “normaux”. Dans le cas ou ceux-ci existent sous les deux formes, je vous recommande fortement de privilégier le calque de filtre en direct de manière à avoir un minimum de retouche non destructive.

Il n’est par contre pas possible de cumuler les filtres directement entre eux (fonction Galerie de filtres de Photoshop). Il faut donc passer par les calques de filtre et les options de fusion afin d’obtenir un résultat similaire.

Les modes de fusion

30 modes de fusion sont disponibles avec bien sur les classiques comme Couleur, Incrustation, Produit, Luminosité etc… Ca laisse entrevoir pas mal de possibilités.

Comme pour les calques de réglages ou calques de filtres en direct, les modes de fusion s’appliquent en temps réel. Dès lors que l’on survole le mode de fusion avec la souris, l’effet apparaît immédiatement.

Il est aussi possible de modifier les options de fusion (comme sur Photoshop). Un clic sur la petite roue dentelée et on peut modifier l’interaction des pixels du calque sélectionné avec celui situé en dessous.

Les sélections

On retrouve les grands classiques des outils de sélection (Rectangle, Elipse, Lasso, Baguette magique, Pinceau de sélection). L’outil Plume est aussi de la partie pour les fans de détourages ultra-précis.

C’est dommage qu’il n’y ait pas le petit signe + ou – lorsque l’on utilise les outils de sélection. Il permet de savoir en un coup d’oeil si l’on ajoute ou soustrait des zones à la sélection en cours.

Les sélections peuvent ensuite être affinées en cliquant sur le bouton Ajuster… dans la barre d’option des outils en haut d’écran (indispensable pour le détourage des cheveux et poils notamment…).

Comme tout bon logiciel de retouche photo qui se respecte, AFP propose le menu Sélectionner. Les sélections peuvent s’effectuer par couleur, par tonalité, être mémorisées, modifiées, récupérées. Bref, tout y est.

La retouche des fichiers Raw

Dès lors que l’on ouvre un fichier Raw, le module Develop Persona s’ouvre.

Le principe est identique au module Photo persona. Les outils de retouche sont à gauche de l’écran et les options à droite sous la forme de calques de réglages. Je dis bien sous la forme car, comme vous le savez peut-être, le format Raw ne gère pas les calques.

Ce système, très astucieux, permet par conséquent en cochant/décochant les modifications apportées à la photo de mieux apprécier l’effet avant/après. On peut même activer le bouton Effet miroir pour afficher l’image sous la forme avant/après. Cela permet de voir en permanence l’image de départ.

On sent que les développeurs ont fait le maximum pour permettre à l’utilisateur de faire l’essentiel du travail d’optimisation de l’image dans ce module. Ainsi, des options comme la correction des tons foncés/tons clairs, les courbes, la création de dégradés apportent une véritable plus value à ce module.

J’ai essayé plusieurs formats de fichiers Raw (et DNG) sans détecter de problème d’incompatibilité. Il faudra voir dans le futur si l’éditeur sera réactif dans la mise à jour des futurs formats Raw.

Une fois le travail de retouche/embellissement terminé, il suffit de cliquer sur le bouton Développement pour basculer dans le module Photo Persona.

Enregistrer/Exporter/Partager ses photos

Les compositions peuvent être enregistrées dans les fichiers suivants : JPEG, GIF, PNG, TIF, SVG, EPS, PDF, EXR, HDR et même PSD (par contre, attention au risque d’incompatibilité du fait de certaines fonctions inexistantes dans Photoshop).

Fenêtre Exporter d'Affinity Photo

La fenêtre Exporter…

L’utilisateur à le choix entre trois possibilités pour enregistrer son travail. Ce choix est en rapport avec l’usage prévu :

  • Pour sauvegarder l’ensemble des calques qui constituent le photomontage, il faut obligatoirement opter pour le format maison, le AFPHOTO. C’est le seul format de sortie à conserver l’intégralité du travail réalisé. L’enregistrement s’effectue directement via la commande Fichier > Enregistrer. Cette commande fonctionne dans tous les modules à l’exception du module Develop Persona. Par contre, la bonne surprise de ce format c’est qu’il génère des fichiers bien plus légers que le PSD de Photoshop. J’ai ouvert des fichiers PSD que j’ai converti en AFPHOTO et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a pas photo : les fichiers ainsi créés sont 30 à 40 % plus légers (je précise que les PSD utilisés pour le test étaient dépourvus d’objets dynamiques).
  • Pour enregistrer l’image dans un autre format que le format natif du logiciel, il faut aller dans Fichier > Exporter… L’utilisateur choisit ensuite l’un des formats cité ci dessus.
  • Pour préparer une image destinée au web ou à la réalisation de maquettes, RDV dans le module Export Persona. La sélection du format de fichier et de ses options s’effectue à droite de l’écran via l’onglet Options d’exportation. Ces options d’exportation peuvent être enregistrées sous la forme de préréglages que l’on retrouve ensuite… dans les préréglages. En allant dans l’onglet Tranche, l’utilisateur a la possibilité d’exporter ses images sous plusieurs formats de fichiers à la fois, de tailles différentes, des niveaux de compression différents etc…

Enfin, AFP est orienté réseaux sociaux. Il suffit d’aller dans Fichier > Partager pour exporter ses créations directement sur Flickr, Twitter ou Facebook (après avoir bien entendu configuré son compte).

Au chapitre des regrets

Au fil des réécritures de cet article, nombre de remarques ou de souhaits d’évolution ont été supprimés du fait de leur intégration dans les mises à jour (serais-je influent pour les éditeurs de ce logiciel ? 😉 ). Voici donc les améliorations qu’il faudrait à mon sens prévoir pour les futures versions :

  • Les calques de motif n’existent pas.
  • La fonction courbe n’est pas très ergonomique. Je ne la trouve pas très précise. Il n’est pas possible par exemple de supprimer un point.
  • Il n’est pas possible d’enregistrer les paramètres de développement des fichiers Raw dans des fichiers annexes à l’image (comme le XMP chez Adobe). Du coup, même si le fichier Raw n’est pas modifié, il faut passer par un Enregistrer Sous au format AFPHOTO. L’utilisateur perd ainsi la possibilité de revenir en arrière sur certaines modifications.

Acheter Affinity Photo

En conclusion

Affinity Photo est un logiciel de retouche photo très complet, rapide et léger. Il est bourré d’innovations qui n’existent dans aucun autre logiciel (visualisation des modifications en temps réel, calques de filtre en direct, fusion ciblée, etc…). C’est une véritable alternative à Photoshop qu’il égale voir dépasse dans de nombreux domaines.

S’il souffrait de quelques erreurs de jeunesse à sa sortie (outil Lasso mal conçu, outil pipette mal placé, TIF monocalque… ) et de quelques fonctions absentes (pas d’assemblage panoramique ou de fusion HDR par exemple), tout cela est désormais du passé. En 2-3 énormes mises à jours (et toutes gratuites s’il vous plait), Affinity Photo à comblé une bonne partie de son retard sur Photoshop. La différence entre ces deux logiciels tient désormais à peu de choses.

Reste à faire le plus difficile : être adopté par un grand nombre d’utilisateurs. En ce qui me concerne, c’est chose faîte. C’est le logiciel que j’utilise maintenant au quotidien pour retoucher les photos de mes clients.

Pour autant, Photoshop conserve une longueur d’avance car il est plus polyvalent, un peu plus ergonomique et plus abouti. Mais j’aurai (presque) tendance à dire pour combien de temps ? tant ce logiciel est bien conçu. On verra dans les mois et années qui viennent si ce logiciel rencontre le succès qu’il mérite.

Et puis il y a le prix. 49,99 € une bonne fois pour toutes contre 11,99 € tous les mois à la crèmerie d’en face, ça laisse à réfléchir…

Et vous, utilisateurs d’Affinity Photo, en êtes-vous satisfait. Quelles sont selon vous les options ou les points sur lesquels l’éditeur devrait travailler ?

164 Partages
Partagez55
Tweetez
Épinglez101
+15
Partagez3